Le Québec divisé sur l’affaire Guy Ouellette

By 8 novembre 2017Idées, Press Release

Montréal, Québec, 6 novembre 2017 — Selon les résultats d’un sondage d’Ipsos affaires publiques pour le compte de La Presse concernant l’arrestation du député Guy Ouellette, les Québécois ne savent pas à qui faire confiance dans cette affaire.

Le député libéral Guy Ouellette a été arrêté le 25 octobre dernier par l’UPAC (Unité permanente anticorruption). Guy Ouellette dit être victime d’un coup monté de la part de l’UPAC, alors que Robert Lafrenière, commissaire de l’UPAC, nie cela et dit plutôt que l’arrestation fait partie d’une enquête en cours depuis plusieurs mois. À qui les Québécois font-ils le plus confiance dans cette affaire?

À cette question, un Québécois sur deux (49%) répond ne pas savoir à qui faire confiance entre Guy Ouellette et Robert Lafrenière. Parmi la moitié de ceux qui se prononcent sur la question, la division est quasi-parfaite. Ainsi, 26% disent faire confiance au commissaire de l’UPAC, alors que 25% font plutôt confiance au député de Chomedey.

Les femmes (58%) sont plus enclines que les hommes (40%) à ne pas vouloir se prononcer sur la question.

Les Québécois âgés de 55 ans et plus sont plus susceptibles de croire la version des faits des Guy Ouellette (36%), alors que seulement 15% des Québécois âgés de 18 à 34 ans et 20% de ceux âgés de 35 à 54 ans croient cette même version.

 

Méthodologie de rechercheLes résultats présentés dans ce rapport sommaire sont issus d’un sondage d’Ipsos tenu en ligne du 2 au 5 novembre 2017. Un total de 734 Québécois âgés de 18 ans et plus ont pris part à ce sondage.  Une pondération a été appliquée à l’échantillon total pour assurer que la composition de l’échantillon final soit représentative de la population adulte du Québec selon les données du recensement de Statistique Canada.             

Ipsos n’applique pas de marge d’erreur à un sondage en ligne. La précision des sondages en ligne d’Ipsos est plutôt mesurée par un intervalle de crédibilité. Le présent sondage est précis à ±4,1%, dans 19 cas sur 20. Cet intervalle de crédibilité est plus grand pour les sous-groupes de la population. Tout échantillon peut contenir des sources d’erreur, incluant, mais n’étant pas limitées à, des erreurs de couverture de la population, ainsi que des erreurs de mesure.

Pour toute information supplémentaire sur cette étude, veuillez contacter :

Sébastien Dallaire
Vice-président, Ipsos Affaires publiques
+1 514 904-4324
sebastien.dallaire@ipsos.com

Téléchargement