Six Canadiens sur dix (59%) appuient l’idée d’un plus grand rôle pour les firmes de sécurité privées en support aux services policiers

Le niveau de confort du public dépend du domaine d’intervention

Montréal, Québec, 15 novembre 2017 — Certaines entreprises de sécurité privées au Canada suggèrent qu’elles pourraient effectuer des tâches accessoires telles que la gestion de la circulation, les services de détention et de transport des détenus ou le suivi des appels non prioritaires et non criminels, en support aux services policiers. Elles sont d’avis que cela pourrait aider à réduire les dépenses gouvernementales pour les services de police et permettrait aux policiers de se concentrer sur d’autres policières. Un nouveau sondage d’Ipsos pour la firme GardaWorld révèle qu’une majorité de Canadiens est favorable à une telle proposition. Six sur dix (59%) sont en accord (16% totalement / 43% plutôt), tandis que trois sur dix (29%) sont en désaccord et 12% sont indécis.

Le niveau de confort personnel avec l’implication des entreprises de sécurité privées en soutien aux services de police varie selon la tâche : alors que huit sur dix (79%) sont à l’aise (37% très / 42% plutôt) avec l’idée que les firmes de sécurité privée assurent la sécurité lors d’événements majeurs tels que les festivals de musique, cela tombe à 37% qui sont à l’aise (12% très / 24% plutôt) avec l’idée de sécuriser les scènes de crime.

Les autres conclusions principales de l’enquête comprennent :

  • Six Canadiens sur dix (61%) disent qu’ils pourraient être en accord avec l’ajout d’entreprises de sécurité privée en support aux policiers pour des tâches précises, mais seulement s’il n’y a pas de coupures de postes de policiers (19% disent qu’ils pourraient être en accord même si ça impliquait des coupures de postes de policiers, et 20% ne savent pas);
  • Quatre sur dix (45%) estiment que l’externalisation de ces fonctions auprès de firmes de sécurité privée d’importance ne met pas en danger la sécurité du public, alors que un sur trois (32%) estime que c’est bien le cas et 23% sont indécis.

Pour plus de détails, veuillez consulter le rapport complet.

Méthodologie de rechercheLes résultats présentés dans ce rapport sommaire sont issus d’un sondage d’Ipsos tenu en ligne du 27 octobre au 1er novembre 2017. Un total de 1 007 Canadiens âgés de 18 ans et plus ont pris part à ce sondage.  Une pondération a été appliquée à l’échantillon total pour assurer que la composition de l’échantillon final soit représentative de la population adulte du Canada selon les données du recensement de Statistique Canada.             

Ipsos n’applique pas de marge d’erreur à un sondage en ligne. La précision des sondages en ligne d’Ipsos est plutôt mesurée par un intervalle de crédibilité. Le présent sondage est précis à ±3,5%, dans 19 cas sur 20. Cet intervalle de crédibilité est plus grand pour les sous-groupes de la population. Tout échantillon peut contenir des sources d’erreur, incluant, mais n’étant pas limitées à, des erreurs de couverture de la population, ainsi que des erreurs de mesure.

Pour toute information supplémentaire sur cette étude, veuillez contacter :

Sébastien Dallaire
Vice-président, Ipsos Affaires publiques
+1 514 904-4324

sebastien.dallaire@ipsos.com

Téléchargement